Photothèque VEOLIA

Nos vieux appareils électroménagers valent de l’or

À Angers, Veolia recycle les déchets électriques et électroniques à plus de 80 %. Un taux de valorisation qui fait du centre de traitement de Saint-Sylvain-d’Anjou l’un des plus performants d’Europe.

Appareils électroménagers, téléviseurs, ordinateurs, tablettes et smartphones… Nous achetons de plus en plus d'équipements et générons de plus en plus de déchets électriques et électroniques (D3E), dont certains composants sont dangereux pour l’environnement. Ces déchets constituent également un formidable gisement de plastique, fer, aluminium, cuivre, métaux précieux… Autant de matières premières qui peuvent être récupérées et valorisées.

Au centre de traitement de Saint-Sylvain-d’Anjou, près d’Angers (Maine-et-Loire), jusqu’à 55 000 tonnes de ces D3E sont traitées chaque année. Au travers de sa filiale spécialisée Triade Electronique, Veolia les dépollue et les recycle à plus de 80 %. Le Groupe noue également des partenariats avec des industriels, pour leur permettre de remplacer la matière « vierge » par de la matière recyclée dans leurs processus de fabrication de nouveaux produits.

Par exemple, SEB, Veolia et Ecosystèmes travaillent main dans la main pour fabriquer des petits équipements électroménagers en partie réalisés en plastique recyclé. Les D3E sont collectés par Ecosystèmes et acheminés sur le site d’Angers où ils sont triés et valorisés par Veolia. Le plastique recyclé alimente ensuite les usines du Groupe SEB pour produire, entre autre, le boîtier d’un modèle de générateur vapeur vendu en magasin.


Innovation technologique et performance énergétique

Avec des taux de valorisation  de 94 % pour le gros électroménager, 91 % pour le petit électroménager et 88 % pour les écrans, le site de Veolia à Saint-Sylvain-d’Anjou est l’un des plus performants de France. Son atout majeur ? Un savoir-faire unique en matière de tri et de recyclage des plastiques, présents en grande quantité dans les D3E.

Le traitement du plastique représente un véritable défi technique, notamment parce qu’il existe plusieurs sortes de résines. Le centre de traitement de Saint-Sylvain-d’Anjou est doté d’un système de tri optique « maison » d’une capacité de tri de 15 000 tonnes par an. Ce process de tri et de séparation des différentes résines plastiques (polypropylène, polystyrène, etc.) permet aussi  d’extraire la fraction de plastiques bromés.

Résultat : qui permet d’affiner la séparation et la dépollution des matières –le processus de recyclage est optimisé,  – et les taux de pureté des matières recyclées estimés entre 96 et 98%.
Enfin, en limitant l’extraction de matières premières vierges, le centre de Saint-Sylvain-d’Anjou permet d’éviter l’émission de 71 297 tonnes de CO2 chaque année.

Photothèque VEOLIA- Christophe Majani d'Inguimbert

comments powered by Disqus